Puerto Ayora, 4 mai, 01h00

Pour aller de l’aéroport à Puerto Ayora, il faut d’abord emprunter une navette gratuite pour faire quelques kilomètres jusqu’à un embarcadère, d’où part le petit bac qui traverse le détroit d’à peine 200 mètres séparant Baltra de Santa Cruz. Enfin, un bus traverse Santa Cruz du nord au sud, où se trouve Puerto Ayora, la ville principale de l’archipel.

Une petite annexe nous attend sur le dock et nous conduit à bord de l’Amigo, qui sera notre demeure pour les prochains jours. Tout le groupe fait connaissance : très bonne première impression. Bon mélange de nationalités : deux allemands, deux tchèques, quatre australiens, une canadienne, deux français, un anglais et un irlandais ; deux slovènes nous rejoindrons un peu plus tard. Premier repas à bord, qui augure bien des talents du coq, puis nous partons vers la station de recherche Charles Darwin, le bon endroit pour observer les fameuses tortues terrestres propres aux Galápagos.

Retour à bord pour le dîner et la répartition dans les cabines : je me retrouve avec Adam l’irlandais, un gars absolument adorable. Seul problème, la cabine est très exiguë et on se marche vraiment dessus : il faut mettre au point un véritable petit ballet pour se croiser afin d’aller à la mini-salle de bain où sortir. Par ailleurs, nous sommes au fond du bateau et sans autre ouverture extérieure que deux minuscules hublots, ce qui me vaudra une belle crise de claustrophobie dans la nuit.

Publicités

4 réponses à “Puerto Ayora, 4 mai, 01h00

  1. Salut mon ami, mais qu’est ce que c’est que ces petites bêtes qui colonisent le port ? Des iguanes noirs ? J’ai montré les photos à ma fille qui crise dès qu’elle voit un insecte, festival ! Sympa, les formalités administratives pour les Galàpagos, mais une fois sur place, ça semble magique. Courage, dans ton placard nautique. Une petite bière avant le dodo …

  2. Chouette, plein de photos de grosses bébêtes en perspective… Les (iguanes ?) noirs ont l’air d’avoir aussi peur des hommes que les pigeons parisiens.
    Prochaines lectures (après Cul-de-Sac de Douglas Kennedy qui n’est pas mal) : Terreur puis relire L’Echiquier du Mal et Hypérion (Olympos, je n’ai pas accroché )

  3. Tu n’as pas pu t’approcher plus prêt du joli iguane terrestre orangé ?

  4. euh…près…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s